PANIER

 Spectacle
Qté
Prix

 

 Total
0
0

  

L’association Mirondela Dels Arts à Pézenas


 

SUR LES PAS DE MOLIÈRE
 

Dès 2002, Christian Sempéré, Président de la Mirondela a lancé l'idée de créer une allée, au départ dans le Parc Sans Souci, où l'on retrouverait les empreintes des comédiens venu jouer à Pézenas.

C'est en 2013, avec la collaboration d'André Gourou, qu'a vu le jour cette célébration des artistes venus à Pézenas. 16 plaques ont déjà été aposés sur le Cours Jean Jaurès, plaques en céramiques réalisées par François Siffre.

THÉÂTRE-DOCUMENTATION.COM
LE SITE DE LA MIRONDELA ENTIÈRE DÉDIÉ AU THÉÂTRE

Depuis 2013, la Mirondela dels Arts a développé un nouvel outil de documentation intégralement axé sur le Théâtre.

On y retrouve essentiellement les textes de plus de 800 oeuvres théâtrales, des textes généraliste ou sur des thématiques précises, des biographies de dramaturges du XVIIe siècle au XXe siècle.
 


cliquez sur l'image pour accéder au site

 

UN PEU D’HISTOIRE MIRONDELIENNE

Il était une fois, à Pézenas, trois amis: Henri Domens, Gabriel Lanet et Gérard Vogel-Singer, tous trois membres des Amis de Pézenas, une association loi 1901 qui a fêté,  en 2001, ses 80 ans d’existence. Tous trois étaient désireux de promouvoir leur ville, de réveiller son riche passé architectural et culturel et de développer son économie. Un beau jour de 1966, devisant sur le sujet tout en se promenant le long du Cours Jean Jaurès, il leur vient à l’idée de créer, durant la saison d’été une animation touristique. Et l’idée à peine née s’impose à eux: faire revivre tout le quartier historique autour d’évènements spécifiques et d’échoppes d’artistes et d’artisans qui travailleraient et exposeraient leurs œuvres, afin de permettre un rayonnement économique sur l’ensemble de la ville.

Aussitôt dit, (presque) aussitôt fait ! En 1967, au sein des Amis de Pézenas, prend corps ce nouveau concept, dont le Midi Libre du samedi 18 mars 1967 salue ainsi la dynamique particulière: « Montre » d’Art de Pézenas ou le terme « Montre » est ici pris dans son sens premier, qui est démonstration, étalage, exhibition. Ceci s’inscrit dans cette dynamique particulière: tout un quartier aujourd’hui assez ensommeillé qui va renaître dans toute la gloire de l’été à venir, avec sa trentaine de boutiques avenantes, ses richesses artistiques offertes à la convoitise des passants, la palpation des oriflammes et, comme bruit de fond, cette sourde rumeur de la foule qui sera l’écho de la splendeur passée.

Le comité de Patronage, crée pour l’occasion, comprend tous ceux qui comptent, tant au plan local que régional, dans le monde universitaire, culturel, artistique, mais aussi économique, sans oublier les décideurs, à commencer par le sénateur Maire de la ville, Jean Bène, et des représentants de l’Etat. La municipalité s’implique fortement dans le projet, y compris financièrement. Les bénévoles des Amis de Pézenas sont regroupés autour de ce comité, sous la présidence de François HUE. Environ cinquante personnes travaillent à la réalisation du projet: recherche d’aménagement et de réparation des locaux, finances, relations publiques et publicité, sélection des artistes et artisans, organisation.

Et le 2 juillet 1967 est inaugurée la première Mirondela dels Arts. C’est Charles Camproux, professeur de philologie à l’Université de Montpellier et membre du Comité de Patronage, qui a suggéré le nom et qui, selon l’article du Midi libre du mardi 20 juin 1967 l’explique ainsi: « Mirondela est un mot occitan que l’on emploie notamment dans les Cévennes. Il a le sens d’enseigne, d’affiche, de montre. Il concrétise l’action d’exposer au regard. Il semble donc fait exprès pour la manifestation de Pézenas. Le mot doit être rattaché à Mirondel, qui signifie « damoiseau cherchant à se faire admirer ». D’ou cette merveilleuse expression « faire Mirondela », qui veut dire faire parade. Ces deux mots « Mirondela » et « Mirondel » dérivent de « miranda », qui signifie galerie offrant une belle perspective, belvédère, lieu élevé. Ce terme de « miranda » est fort employé dans l’expression « faire miranda », c’est-à -dire faire merveille. Conclusion : La Mirondela dels arts ne peut que faire miranda dans le joli cadre de Pézenas. »

La première saison présente des expositions de peintures et de sculpteurs, mais aussi des concerts d’orgues et intègre déjà ce théâtre en accueillant la dixième édition des « Nuitées théâtrales »d’André Crocq.  Le succès est immédiat.  Le groupe de bénévoles des Amis de Pézenas se constitue alors en Commission au sein de l’association, et c’est cette commission et son président qui désormais prennent en charge l’organisation de la saison.

Les présidents successifs œuvrent tous à l’esprit initial des trois fondateurs et tous contribuent à assurer le développement et la pérennité de la manifestation, mais chacun le fait selon sa personnalité, marquant son action de sa propre empreinte.
De 1968 à 1983 : sous la présidence de Gabriel LANET (et Gérard VOGEL-SINGER en 1970), la Mirondela est dans sa période d’apprentissage, de structuration et de développement. L’équipe est enthousiaste et fournit un travail remarquable. L’accent est mis sur les échoppes dont le nombre passe de 22 en 1968 à 32 en 1975 et 67 en 1983. Les grandes expositions voulues dès la première année, s’amplifient et s’ouvrent à des artistes régionaux; les animations du centre historique se diversifient (folklore régional et international, théâtre de rues). Et déjà, la Mirondela déborde de ce cadre géographique et investit d’autres lieux de la ville : le Parc Sans Souci et son théâtre de plein air accueillent des représentations théâtrales de grands classiques, mais aussi de la danse et des chansons; la Collégiale Saint-Jean devient le lieu privilégié des concerts. Bref, la pérennisation de la manifestation est assurée: la Mirondela est désormais inscrite dans le paysage estival piscénois.

1984-1987 : Philippe BOT qui, pendant l’année 1987, va coprésider avec René LOUBET. L’arrivée à la tête de la Mirondela du nouveau président, qui continue la politique culturelle de ses prédécesseurs, ouvre cependant une ère nouvelle, celle des grands spectacles. La Mirondela qui a de plus en plus de succès déclenche, à cause de sa réussite, les premières tensions surtout au sein de l’association « Les Amis de Pézenas » dont , il faut le rappeler, elle n’était à l’époque qu’une simple commission.

1988-1996 : Jacques MATHIEU. Bien que la nouvelle équipe de la Mirondela s’inscrive dans la mouvance dont elle est issue et continue à promouvoir de grandes pièces de théâtre, une nouvelle période s’annonce: celle du « culturel » au sens le plus strict du terme à savoir une culture moins proche du populaire, donc plus « élitiste ». Ces années là sont, après une longue période de stabilité, une période fluctuante et pleine de danger pour la survie de la Mirondela. De grands changements politiques interviennent, la municipalité met la main sur les deux plus grands secteurs détenus par les Amis de Pézenas: le Syndicat d’Initiative et la culture. Du coup, les subventions reçoivent de véritables coupes franches (60 000,00 F en 1989, 2 000,00 F en 1990). La Mirondela entame sa période de sommeil: désormais elle ne peut accueillir dans sa saison estivale qu’un groupe folklorique et un ou deux concerts de musique classique. Seules sont préservées les expositions. Il faudra attendre patiemment 1996 avec l’arrivée d’une nouvelle politique culturelle municipale et le trentième anniversaire de la Mirondela pour que celle-ci renoue avec la commission des années 80 et redevienne ce qu’elle était auparavant, le festival culturel de l’Eté de Pézenas.

En 1997, Christian SEMPERE est nommé président avec pour co-présidents René LOUBET et Michel VIGROUX, puis devient président des Amis de Pézenas et de la Mirondela, ce qui n’était jamais arrivé. La nouvelle équipe fait entrer la Mirondela dans une période de culture populaire. Satisfaire le goût de tous les publics, qu’ils soient issus du terroir ou du tourisme, sera une des préoccupations majeures du nouveau président dont la politique va suivre deux axes principaux: la diversité culturelle (humour, théâtre, danse, musique classique, Gospel, Flamenco) et la tête d’affiche, afin que tous, provinciaux ou touristes puissent accéder aux grands spectacles parisiens. A la profusion des spectacles va alors répondre un public de plus en plus nombreux et il n’est pas rare aujourd’hui de jouer à guichet fermé bien que la capacité du Théâtre de Verdure ait considérablement été augmentée : de 550 places elle est passée à 900 places. La Mirondela dels Arts peut désormais s’enorgueillir d’être devenue, certes parfois dans la douleur, un véritable festival.

En 2005, la Mirondela clôt une page de son histoire : à cause d’insupportables tensions, elle se sépare des Amis de Pézenas et devient une association à part entière. Le quarantième anniversaire de la Mirondela est donc aussi la première année de son indépendance.contenu ...

Mirondela Dels Arts
Mirondela Dels Arts 1967
Mirondela Dels Arts 1967
Mirondela Dels Arts
Mirondela Dels Arts 1970
Mirondela Dels Arts 1972
Mirondela Dels Arts 1973
Mirondela Dels Arts 1974
Mirondela Dels Arts 1975
Mirondela Dels Arts 1976
Mirondela Dels Arts 1977
Mirondela Dels Arts 1978
Mirondela Dels Arts 1979
Mirondela Dels Arts 1980
Mirondela Dels Arts 1981
Mirondela Dels Arts 1982
Mirondela Dels Arts 1983
Mirondela Dels Arts
Mirondela Dels Arts 1984
Mirondela Dels Arts 1985
Mirondela Dels Arts 1986
Mirondela Dels Arts 1986
Mirondela Dels Arts 1987
Mirondela Dels Arts 1988
Mirondela Dels Arts 1988
Mirondela Dels Arts 1989
Mirondela Dels Arts
Mirondela Dels Arts
Mirondela Dels Arts 1994
Mirondela Dels Arts 1996
Mirondela Dels Arts 1997
Mirondela Dels Arts 1998
Mirondela Dels Arts 1999
Mirondela Dels Arts 2000
Mirondela Dels Arts 2001
Mirondela Dels Arts 2002
Mirondela Dels Arts 2003
Mirondela Dels Arts 2004
Mirondela Dels Arts 2005
Mirondela Dels Arts 2006
Mirondela Dels Arts 2007
Mirondela Dels Arts 2008
Mirondela Dels Arts 2009
Mirondela Dels Arts 2010
Mirondela Dels Arts 2011
Mirondela Dels Arts 2012
Mirondela Dels Arts 2013
Mirondela Dels Arts 2014
  • Mirondela Dels Arts
  • Mirondela Dels Arts 1967
  • Mirondela Dels Arts 1967
  • Mirondela Dels Arts
  • Mirondela Dels Arts 1970
  • Mirondela Dels Arts 1972
  • Mirondela Dels Arts 1973
  • Mirondela Dels Arts 1974
  • Mirondela Dels Arts 1975
  • Mirondela Dels Arts 1976
  • Mirondela Dels Arts 1977
  • Mirondela Dels Arts 1978
  • Mirondela Dels Arts 1979
  • Mirondela Dels Arts 1980
  • Mirondela Dels Arts 1981
  • Mirondela Dels Arts 1982
  • Mirondela Dels Arts 1983
  • Mirondela Dels Arts
  • Mirondela Dels Arts 1984
  • Mirondela Dels Arts 1985
  • Mirondela Dels Arts 1986
  • Mirondela Dels Arts 1986
  • Mirondela Dels Arts 1987
  • Mirondela Dels Arts 1988
  • Mirondela Dels Arts 1988
  • Mirondela Dels Arts 1989
  • Mirondela Dels Arts
  • Mirondela Dels Arts
  • Mirondela Dels Arts 1994
  • Mirondela Dels Arts 1996
  • Mirondela Dels Arts 1997
  • Mirondela Dels Arts 1998
  • Mirondela Dels Arts 1999
  • Mirondela Dels Arts 2000
  • Mirondela Dels Arts 2001
  • Mirondela Dels Arts 2002
  • Mirondela Dels Arts 2003
  • Mirondela Dels Arts 2004
  • Mirondela Dels Arts 2005
  • Mirondela Dels Arts 2006
  • Mirondela Dels Arts 2007
  • Mirondela Dels Arts 2008
  • Mirondela Dels Arts 2009
  • Mirondela Dels Arts 2010
  • Mirondela Dels Arts 2011
  • Mirondela Dels Arts 2012
  • Mirondela Dels Arts 2013
  • Mirondela Dels Arts 2014